Accueil du site > Informations > Communiqués > Délégation « Europe Ecologie les Verts » : Les pieds nickelés en Israël - (...)

Les échanges économiques à l'abri des armes israéliennes Délégation « Europe Ecologie les Verts » : Les pieds nickelés en Israël - Juin 2013

samedi 15 juin 2013, Par Le Collectif 69

Le 6 juin 2013 - Communiqué de presse

Nous apprenons qu’une dizaine de parlementaires écologistes et un membre de la direction d’Europe Ecologie-Les Verts s’envolent discrètement ce jeudi 6 juin, pour un voyage de quatre jours en Israël, en faisant un petit tour en Palestine. Parmi eux, Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat, et son homologue de l’Assemblée nationale, François de Rugy. Une quasi délégation officielle !

Ce voyage est organisé et financé par le lobby pro israélien Elnet, qui se définie comme « une organisation européenne qui œuvre au renforcement des relations bilatérales entre l’Europe et Israël, basées sur des valeurs démocratiques partagées et des intérêts stratégiques communs ». tout est dit.

A cette occasion la délégation rencontrera le criminel de guerre Shimon Pérès et de nombreux responsables israéliens.

Monsieur Placé indique . "Notre seule demande a été d’avoir des rencontres très équilibrées entre Israéliens et Palestiniens ». De qui monsieur Placé se moque t-il ? L’ignorance crasse et la cécité de monsieur Placé est elle à ce point d’ignorer qu’il n’y a aucun point d’égalité entre Israël et la Palestine ?

Monsieur Rugy surenchérit : . "Dans cette région-là, le fait d’y aller et de toucher du doigt la réalité, c’est important mais on n’est pas là pour prendre fait et cause pour l’un ou pour l’autre". Pour monsieur Rugy visiblement l’esprit munichois est de rigueur !

Quel équilibre peut il exister entre l’occupant et l’occupé ? de quoi nous parle t-on lorsque nous savons qu’il n’y a aucun équilibre dans cette partie du Monde et qu’Israël a fermé toute les portes pour une issue politique juste pour le peuple palestinien (occupation, meurtres, apartheid, colonisation …).

Les élus Verts n’avaient ils pas les moyens politiques et financiers ( ! ) d’aller voir la réalité du terrain en Palestine et de rencontrer les opposants israéliens à la politique d’Apartheid , comme le font de nombreux citoyens ayant moins de moyens que des parlementaires ?

Messieurs Placé et Rugy auraient ils rencontré, en Afrique du Sud, en 1990, monsieur De Klerk pendant que Mandela était au fond de son cachot ? Ce qui est le cas de plus de 6000 palestiniens !

En allant à la table d’Israël, la délégation « d’Europe Ecologie les Verts » porte un mauvais coup aux forces de la paix en Palestine et Israël, en renforçant de facto l’image d’Israël !

Nous appelons l’ensemble des responsables d’Europe Ecologie les Verts, des militants et adhérents à condamner fermement ce voyage de leurs pieds nickelés « Verts »

- Lire le blog du Monde.fr

- Lire aussi l’article du Monde sur l’Agence Media Palestine


Communiqué de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine : Israël/Palestine : une délégation de parlementaires d’EELV au programme déconcertant

Une délégation officielle de parlementaires d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) doit se rendre en Israël et dans le territoire occupé palestinien du 6 au 10 juin. Au programme, sur quatre jours, seules quelques heures prévues à Ramallah.

Paris le 5 juin 2013,

La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine découvre avec étonnement le programme d’une délégation officielle de parlementaires d’Europe Ecologie Les Verts conduite par Jean Vincent Placé, prévue du 6 au 10 juin en Israël et dans le territoire occupé palestinien.

Selon un article de L’Express, au programme de ces quatre jours de visite, seul un « crochet par Ramallah pour un rendez-vous avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas » est prévu. Aucune visite de terrain et aucune rencontre avec des acteurs de la société civile palestinienne, alors que des récentes informations font état de deux nouveaux projets de colonisation en Cisjordanie portant sur plus d’un millier de logements.

Le reste du séjour est notamment consacré, côté israélien, à des « entretiens » avec Shimon Peres et Tzipi Livni. Rappelons que Tzipi Livni était chef de la diplomatie israélienne au moment de l’opération militaire israélienne de décembre 2008-janvier 2009, pendant laquelle 1 410 Palestiniens ont été tués, dont plus de 80% de civils. Un mandat d’arrêt pour crimes de guerre avait par ailleurs été émis par un tribunal britannique en décembre 2009 qui avait obligé Tzipi Livni à annuler sa visite à Londres. Des « discussions » sont aussi prévues « avec des acteurs économiques et des membres d’ONG travaillant notamment sur la problématique de l’eau ». Rappelons à M. Placé ce chiffre[1] concernant cette problématique : les colons israéliens, installés illégalement en Cisjordanie, consomment près de 6 fois plus d’eau que les 2,6 millions de Palestiniens qui y vivent.

EELV a condamné « la politique du gouvernement israélien » qui « par la colonisation au-delà des frontières de 1967, la judaïsation de Jérusalem-Est, la poursuite du blocus de Gaza va à l’encontre de la solution de deux états ». Il nous semble que le parti EELV ne peut approuver le programme déséquilibré de cette délégation, qui contraste avec ses positions sur le conflit israélo-palestinien.

La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine demande aux parlementaires d’EELV des précisions sur ce voyage et insiste sur la nécessité d’introduire dans la visite de cette délégation des rencontres avec les acteurs des deux sociétés civiles, palestinienne et israélienne.


Michael Warschawski à propos de la visite en Israël des parlementaires Verts

lundi 1er juillet 2013

« Auriez-vous visite la Grèce des colonels ? Auriez-vous organisé une mission en Afrique du Sud de l’apartheid ? », demande-t-il notamment à ces élus d’EELV.

"Ce n’est qu’au cours d’une récente tournée en France que j’ai appris qu’une délégation d’elus d’EELV a été en Israël. Autant dire qu’en Israël, ou je me trouvais au moment de la visite, on a fait peu cas de cette visite. Mais au sein d’EELV elle a provoque des remous, et a juste titre : ce parti comporte des milliers de militant/es sensibles au déni de droit dont sont victimes les Palestiniens et impliqués dans les combats contre la politique coloniale israélienne. Une visite officielle d’élus n’est jamais une affaire personnelle et elle implique l’ensemble des militant/es. Comme l’ont ressenti de nombreux adhérents, cette dernière visite en Israël est tout simplement scandaleuse.

D’autant plus qu’elle était organisée par Elnet, structure dont l’objectif déclaré est de renforcer les liens entre Israël et l’Europe. Et le programme a bien reflété cet objectif. Le fait que la délégation ait fait un détour par Ramallah et y rencontre quelques officiels ne fait qu’aggraver l’affaire, qui nous rappelle ces rares visiteurs de l’Afrique du Sud auxquels on faisait aussi visiter les Bantoustans et rencontrer leurs roitelets.

La délégation a pu voir les réalisations écologiques israéliennes, comme la décharge de Hiriyye près de Tel-Aviv. Mais qu’en a-t-il été de la Mer Morte, victime de la sur-exploitation des phosphates ? Du Jourdain, asséché par le pompage de l’eau pour développer une agriculture extensive dans le Neguev ? Des forets de pins plantées pour déposséder des villages palestiniens (en Israël même) de leurs terres et qui, de plus, provoquent l’acidité des sols ? Et surtout, du vol de l’eau de centaines de villages palestiniens de Cisjordanie, détruisant ainsi l’agriculture palestinienne ?

Mais même en admettant qu’Israël puisse se targuer de réussites environnementales, est-ce suffisant pour faire l’impasse sur le contexte colonial de l’ensemble de la politique israélienne, y compris dans sa politique agricole ?

Que penseraient nos amis des Verts d’une relégation qui irait a Milan en 1932 pour écouter a la Scala un bel opéra de Puccini, ou visiter Florence et ses merveilleux musées ? Ce serait perçu, au mieux comme de l’indécence, au pire comme une trahison envers les militants antifascistes et tous ceux qui œuvraient pour isoler le régime fasciste.

Et sur place, qui sont allés voir Jean-Vincent Place et ses amis ? L’ineffable Shimon Peres (entre autre, pionnier du très écolo programme nucléaire israélien), le général Michael Herzog ou encore le responsable du (très écolo) programme de nettoyage ethnique du Neguev. A l’exception de la députée du Meretz Tamar Zandberg, la délégation n’a rencontré aucune anti-colonialiste, voire des militants du mouvement social ou des représentants de la minorité palestinienne d’Israël.

La visite des élus d’EELV en Israël est a la fois indécente et une trahison de leurs propre militants, et ils sont nombreux, impliqués dans la campagne BDS qui organisent le boycott de l’Etat colonial israélien. Gageons qu’ils vont demander des comptes a ceux de leurs élus qui ont accepté de se laisser piéger par Elnet, ou pire, qui ont participe a cette visite en toute connaissance de cause."

Michel Warschawski

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0