Accueil du site > Partir en Palestine > La situation catastrophique de l’eau ! (Témoignage de retour de (...)

La situation catastrophique de l’eau ! (Témoignage de retour de Gaza)

dimanche 17 mars 2013, Par Le Collectif 69

L’eau à Gaza : Témoignage de Colette.

Lors de notre mission à Gaza fin décembre (du 26 décembre au 2 janvier 2013) nous avons rencontré de nombreuses associations autour de différents sujets, et entre autres une association regroupant différentes communautés locales autour de l’eau et de son assainissement. Cette association s’appelle EWASH : Emergency Water Sanitation and Hygiene group

L’eau est un problème crucial en Palestine et en particulier à Gaza par le nombre de personnes concernées.

Dans la bande de Gaza l’eau provient essentiellement de l’aquifère côtier (qui contient la nappe phréatique), du cours d’eau Wadi Gaza et des pluies.

- L’aquifère côtier

En 1995 les accords d’Oslo II (accords intérimaires sur 5 ans) avaient alloué, en proportion, des volumes d’eau plus importants à Israël qu’à la Palestine ( Qui plus est, les Israéliens n’ont jamais respecté ces accords).

Israël exerce un contrôle indirect sur les ressources en eau de la bande de Gaza. L’aquifère côtier est saumâtre car trop exploité, ainsi l’eau de mer entre dans l’aquifère.

L’ONU estime que l’aquifère sera inutilisable d’ici 2016, rappelons qu’aujourd’hui la population de Gaza est de 1 Million 700 000 personnes et est très dépendants de l’eau dessalée pour leur consommation mais elle est très coûteuse.

- Le cours d’eau : Wadi Gaza

Il prend sa source dans les collines d’Hébron (El Khalil). Israël a construit des barrages en amont de Gaza et capte des quantités d’eau importantes ce qui réduit le wadi à un filet d’eau quand il traverse Gaza.

Non contents de capter l’eau, les israéliens déversent des quantités de nitrates provenant de leur agriculture intensive.

Le wadi est également pollué par les rejets des eaux usées des habitants et déverse 85 à 90 millions de litres d’eau d’égouts par jour dans la Méditerranée. Le pont qui enjambe le wadi, détruit en 2006, reconstruit, détruit de nouveau en 2012 est à peu prés la seule route qui relie le nord et le sud.

Pour aller à Khan Younès nous avons du prendre un chemin défoncé qui contourne et longe le wadi. L’odeur est pestilentielle. C’est un égout à ciel ouvert.

En 2003 il y avait eu un projet pour réhabiliter cette rivière et créer la première réserve naturelle de Palestine car elle traverse une zone humide, qui abrite (ou plutôt abritait) une flore et une faune particulières. C’est un lieu de passage d’ oiseaux migrateurs.

Vidéo de 5 mn environ tournée par Ewash

Les conséquences du blocus sont désastreuses :

Les égouts sont surchargés. Les usines de traitement des eaux usées sont en mauvais état.

La pollution des eaux entraîne des maladies, particulièrement chez les enfants et les bébés : diarrhée, hépatite, troubles thyroïdiens, cancers, syndrome du bébé bleu qui est la conséquence d’une exposition excessive aux nitrates.

Israël empêche l’importation de matériels essentiels pour la construction et la réparation des infrastructures d’eau et d’assainissement, 94% des pièces devraient pouvoir rentrer, d’après les spécifications israéliennes du 20 juillet 2010 mais ... ne rentrent pas.

Les restrictions sur l’importation de fuel et d’électricité affectent le fonctionnement de ces infrastructures. L’importation des produits chimiques essentiels pour purifier l’eau sont parfois retardés.

Les dégâts de l’opération « Plomb Durci » ont été estimés à 6 Millions de dollars en ce qui concerne l’eau d’après le Coastat MunicipalityWater Utility.

La mission d’enquête de l’ONU sur Gaza (rapport Goldstone) dit « Il y avait une pratique délibérée et systématique de la part des forces armées israéliennes de prendre pour cible les installations d’eau »

De 2005 à 2010 Israël a détruit plus de 305 puits situés dans la zone tampon (buffer zone). Cette zone où est située la plus grande partie des terres agricoles, est interdite d’accès tout autour de la bande de Gaza.

Colette a fait ce témoignage au cours de la soirée "retour de Gaza" du mercredi 13 mars à Lyon.


- L’association Ewash initie une campagne « Soif de Justice » et le 22 mars sera la Journée Mondiale de l’eau.

- Lire le dossier sur l’apartheid de l’eau en Palestine :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0