Accueil du site > Dossiers > Bateau pour GAZA > VIDEO : L’ESTELLE été arraisonnée par la marine israélienne (...)

L'Estelle est arraisonnéeVIDEO : L’ESTELLE été arraisonnée par la marine israélienne !

mercredi 24 octobre 2012, Par Le Collectif 69

20 octobre 2012 : La campagne française « Un bateau pour Gaza 2011 » condamne avec la plus grande fermeté l’attaque menée par les commandos israéliens contre l’Estelle, navire de la campagne suédoise « Un bateau pour Gaza » qui tentait de briser pacifiquement le blocus israélien illégal de la bande de Gaza.

Voici la vidéo de l’approche de la marine israélienne : le capitaine dit :

Soldats désobéissez à votre gouvernement, respectez les lois internationales, nous sommes des civils

Partie de Suède en août et après des escales en France, Espagne et Italie, l’Estelle se trouvait à 35 miles des côtes de Gaza quand elle a été attaquée vers 10h30 ce 20 octobre 2012 par la marine militaire israélienne. A son bord, 19 passagers et membres d’équipage, suédois, norvégiens, finlandais, espagnols, italiens et grecs, dont plusieurs parlementaires. Leur mission, pacifique et humanitaire, apporter de l’aide à Gaza assiégée depuis plus de 6 ans par un blocus dénoncé par la communauté internationale.

Ce matin, des commandos israéliens cagoulés et lourdement armés se sont emparés, dans les eaux internationales, du navire battant pavillon finlandais et l’ont détourné vers Israël. Ils en ont kidnappé les passagers. Il s’agit d’un cas indéniable de piraterie en haute mer, comme en 2011 quand le même scénario criminel s’est déroulé contre le bateau français Dignité al-Karama puis les bateaux irlandais et canadien de la Flottille de la Liberté.

Dignité Karamé 2 Bateau Français pour Gaza

Cette nouvelle violation du droit maritime et international par Israël exige la condamnation la plus catégorique de la communauté internationale, comme le demandent d’ailleurs les autorités norvégiennes, en écho aux manifestations populaires qui, comme en 2011, se préparent dans plusieurs pays d’Europe, Espagne, Grèce et Italie notamment.

Nous avions sollicité l’intervention des autorités européennes et françaises afin d’éviter cette action criminelle et les tenons comptables du vol de l’Estelle et de l’enlèvement de ses passagers, comme du Dignité en juillet 2011. Il faut maintenant qu’elles garantissent la sécurité de l’Estelle et de ses passagers, leur libération immédiate, et qu’elles fassent savoir au gouvernement israélien que l’impunité est terminée.

Les autorités françaises et l’Union européenne doivent désormais tenir compte des violations continues des droits par le gouvernement israélien et agir en conséquence.

Paris le 20 octobre 2011

Communiqué de la Campagne française « Un bateau pour Gaza » 2011

Estelle, bateau suedois pour Gaza

16 octobre : Des membres du parlement grec, de Norvège, de Suède et d’Espagne ont embarqué sur Estelle. Ils ont rejoint l’équipage et les passagers venant du Canada, de Finlande, de Grèce, de’Israël, d’Italie, d’Espagne et de Suède.

Estelle doit rejoindre Gaza le week-end prochain


- Partie en août de Suède, la goélette-cargo de la campagne suédoise « un bateau pour Gaza », est actuellement en Méditerranée orientale. Après des escales en Norvège, France, Espagne et Italie, elle se trouve en eaux internationales et, malgré des pressions en Italie et au large de la Grèce, devrait atteindre les eaux palestiniennes le week-end prochain.

- Soutenu par les campagnes de la Flottille de la Liberté qui en 2011 ont voulu briser le blocus illégal qui vise à étrangler la population de Gaza, ce beau navire symbolise la détermination du mouvement de solidarité internationale à apporter son soutien à 1 600 000 Palestiniens assiégés depuis 2007.

- Les menaces israéliennes qui pèsent sur cette action pacifique rappellent l’attaque meurtrière par la marine israélienne de la Flottille 2010 et le détournement des trois bateaux qui en 2011, déjouant le blocage israélo-grec à Athènes, se sont approchés de Gaza. Parmi eux, le Dignité-al Karama, bateau français, attaqué et volé en haute mer. Cela ne doit pas se reproduire. Face à ces menaces, nous réaffirmons, comme l’Estelle, notre démarche non-violente en solidarité avec les Palestiniens. Les passagers de l’Estelle portent un message de paix et de justice. Parmi eux de nombreux parlementaires européens.*

Nous demandons aux autorités françaises et européennes de faire pression sur le gouvernement israélien pour que cette fois il respecte le droit, international et maritime. Il faut que l’Estelle puisse atteindre Gaza.

* Parlementaires à bord de l’Estelle : (Grèce) : Vangélis Diamantopoulos, Dimitris Kodelas (Norvège) : Aksel Hagen (Espagne) : Ricardo Sixto Iglesias (Suède) : Sven Britton (Canada) : Jim Manly (député honoraire)

10 octobre 2012 Communique de la Campagne « Un bateau français pour Gaza - 2011 »


15 octobre : Tous les passagers et l’équipage se sont préparé au risque d’abordage illégal et violent de l’Estelle dans les eaux internationales comme l’armée israélienne l’a fait en 2010.

Tous ont reçu un entrainement au comportement non-violent par le chercheur suédois Stellan Vinthagen


- L’Estelle a quitté Naples samedi 6 octobre.

Estelle, bateau suedois pour Gaza

Le bateau, qui a pris la mer cet été depuis son port d’attache finlandais, a fait escale en Corse et en Italie.

-  Ajaccio, correspondance. L’Estelle est un fier trois-mâts finlandais de 53 mètres. Initialement prévu pour la pêche en mer d’Islande, il a été racheté dernièrement par le comité suédois «  Un bateau pour Gaza  ».


On peut suivre le parcours du bateau ici :


Certains militants nordiques à son bord ont participé aux précédentes «  flottilles de la liberté  », qui ont essayé de forcer le blocus en 2010 et 2011. Cette année, ils ont décidé de repartir seuls à l’aventure, en effectuant un long tour d’Europe, pour mobiliser l’opinion publique. Partie de Norvège, au début du mois d’août, l’Estelle a fait étape en Bretagne, puis en Espagne, avant de rejoindre Ajaccio, où elle a été accueillie par les militants du comité Corsica-Palestina et des élus de Corse, dont le président de l’Assemblée territoriale, Dominique Bucchini (PCF). La goélette est arrivée jeudi dernier au soir à La Spezia, en Italie. Sur le quai, des centaines de militants attendaient l’Estelle. Toute la nuit, avec des syndicalistes des chantiers navals, ils se sont relayés pour monter la garde autour du bateau. L’an dernier, deux navires avaient été sabotés par des plongeurs dans les ports grecs.

Le capitaine est finlandais, l’équipage suédois et norvégien. À bord, il y a huit marins professionnels, mais quiconque embarque doit prendre ses heures de quart. Tout l’équipage est volontaire et bénévole. Les marins naviguent habituellement sur des tankers ou des ferries. Ils ont choisi de rejoindre bénévolement l’aventure  : «  Je fais ce voyage pour pouvoir dire à mes enfants que j’ai fait quelque chose de bien dans ma vie  », explique Charlie, de quart aux petites heures du matin, en regardant le soleil se lever au-dessus du Cap corse.

« Nous voulons mettre en œuvre un principe de solidarité active, en étant tous bien conscients des risques que nous prenons  », relève Ann Ighe, porte-parole du comité suédois. En 2011, les rares bateaux de la seconde Flottille de la liberté qui n’ont pas été bloqués en Grèce ont été arraisonnés par l’armée israélienne avant de pénétrer dans les eaux territoriales, les membres des équipages ont été détenus plusieurs jours avant d’être expulsés.

L’Estelle ne pourra pas accoster à Gaza, car le port a été totalement détruit par les bombardements israéliens, durant l’opération «  Plomb durci  », et il devra mouiller au large. Il est prévu que les petits bateaux des pêcheurs palestiniens, cantonnés dans la limite des trois milles maritimes, viennent aider à décharger la cargaison. Cependant, les marins vont tenter, toutes voiles déployées, de forcer l’embargo. «  Nous savons bien que nos chances de passer sont minimes, reconnaît le capitaine Mika, mais elles ne sont pas nulles  : le blocus de Gaza ne s’appuie sur aucune base juridique, les Israéliens peuvent tenter de nous détourner ou de nous arraisonner, mais ils peuvent aussi choisir de nous laisser passer.  »

L’Humanité


mardi 14 août 2012 - 12h00

- Le "Estelle" est arrivé vendredi en Norvège. Il est attendu dans la bande de Gaza pour courant octobre, selon Mikael Löfgren, l’un des porte-parole de cette nouvelle initiative qui est là pour rappeler que le blocus de Gaza est illégal et inhumain.

- Tout au long de sa traversée, le navire va sensibiliser l’opinion sur le blocus de Gaza. Le Estelle prévoit plusieurs escales sur sa route vers Gaza, au cours desquelles « des conférenciers, des concerts et des festivals apporteront des informations sur la situation dans la bande de Gaza ».

- Dror Feiler, musicien israélien d’origine suédoise, impliqué dans cette initiative, a indiqué : « Après les deux flottilles, nous avons bien sûr décidé que nous devions continuer parce que le siège est toujours là, et que nous allons le dire, le répéter encore et encore, aussi longtemps que le siège existera, nous reviendrons encore et encore jusqu’à ce que le siège soit levé intégralement et définitivement ».

- Un Bateau pour Gaza est la dernière en date des initiatives visant à briser le siège de Gaza. En 2010, le Mavi Marmara, qui faisait partie d’une coalition appelée Flottille de la Liberté pour Gaza, a été pris d’assaut par les forces israéliennes qui ont tué neuf militants. Après leurs morts s’est levée une condamnation générale de ces meurtres qu’Israël a prétendu avoir commis en état de légitime défense.

- L’an dernier, la Flottille de la Liberté II - Rester Humains, qui comprenait plusieurs navires et des militants du monde entier, a été empêchée de partir pour Gaza par les autorités grecques qui ont cédé aux pressions israéliennes et étatsuniennes.

- Les autres initiatives visant à briser le blocus dont souffrent l’ensemble des Palestiniens, concernent les "Flytillas" de juillet 2011 et avril 2012, dont la plupart des participants ont été bloqués à l’aéroport de Tel Aviv.

- Une autre tentative pour briser le siège s’appelle l’Arche de Gaza. Initiée par des militants du Canada, d’Australie et des États-Unis, elle vise à "remettre à neuf un des bateaux sur la côte de Gaza afin de permettre à ses propriétaires d’exporter des produits de Gaza", indique Mahfouz Kabariti, coordinateur en Palestine de l’initiative. (cf nos nfos précédentes sur le sujet)

« Les gens de Gaza sont privés du droit d’exporter leurs produits, à savoir les produits agricoles et les produits artisanaux », explique-t-il, en estimant que ceci devrait démarrer au printemps prochain.

S’agissant du risque que le navire soit intercepté par Israël, comme c’est arrivé dans le passé, Kabariti répond : « Israël ne manifeste aucun respect d’aucune sorte pour le droit international. Si le bateau est empêché d’appareiller par Israël, ce sera quand même un succès. Ce sera un message au monde montrant qu’Israël occupe toujours la bande de Gaza et qu’il exerce toujours un siège sur plus d’un million et demi d’êtres humains ».

Lu sur Bellaciao