Accueil du site > Prisonniers palestiniens > Après 66 jours de grève de la faim, Khader Adnane serait libéré le 17 (...)

Après 66 jours de grève de la faim, Khader Adnane serait libéré le 17 avril

lundi 20 février 2012, Par Le Collectif 69

Communiqué Addameer et PHR-​​Israel

... Addameer et PHR-​​Israel aime­raient enfin remercier tous ceux qui ont soutenu Khader et nos équipes pendant cette période de tension et espèrent que la pression inter­na­tionale sera main­tenue jusqu’à ce que nos inquié­tudes concernant la vie et le bien-​​être de Khader soient réduites ...

Mardi 21 février : Ce jour, l’audition auprès de la cour suprême a été annulée au dernier moment. Alors qu’un communiqué de l’AFP annonce la libération de Khaled Adnan pour le 17 avril et l’arrêt de la grève de la faim, l’association Addameer fait savoir que sa santé est dans un état critique et revendique sa libération immédiate. Amnesty international déclare que la libération de Khaled Adnan par Israël en avril ne suffit pas, et rappelle que 309 prisonniers sont en détention administrative dont plus de vingt membres du parlement palestinien. Un palestinien est en détention administrative depuis plus de 5 ans !

- Lire sur Rfi.fr

- La Cour suprême d’Israël devait examiner l’appel jeudi mais l’audience a été avancée de 48 heures à mardi 21 février à 13H00 GMT à la suite d’une demande de l’avocat de M. Adnan.

- Lettre ouverte à Benyamin Netanyahu au sujet de Khader Adnan ACAT-​​France, Amnesty inter­na­tional France, Asso­ciation France Palestine Soli­darité, Ligue des droits de l’Homme

Information reçues par mail de Ramallah :

Les associations Addameer et PHR-Israel demandent à tous les comités locaux et internationaux :

- Faire des pressions sur le commandement militaire, Yair Koles pour stopper immédiatement la détention administrative de Khaled Adnan

- Faire des pressions sur la Cour suprême Israël pour qu’elle examine la demande de libération au plus tôt

- Faire des pressions sur le gouvernement Israélien pour libérer immédiatement Khaled Adnan

- Faire des pressions sur le gouvernement Israélien pour qu’il se conforme aux lois internationales et mette fin aux emprisonnements arbitraires et libère tous les Palestiniens actuellement en détention administrative.

http://www.addameer.org/etemplate.php?id=442

Qui contacter :

Deputy Prime Minister and Minister of Defence

Ehud Barak

Ministry of Defence

37 Kaplan Street, Hakirya

Tel Aviv 61909, Israel

Fax : +972 3 69 16940 / 62757

Military Judge Advocate General

Brigadier General Danny Efroni

6 David Elazar Street

Hakirya, Tel Aviv, Israel

Fax : +972 3 569 4526

Email : evimn@idf.gov.il

JPEG - 26.7 ko
Solidarité avec Khaled Adnan à Lyon

Commander of the IDF in the West Bank

Major-General Avi Mizrahi

GOC Central Command

Military Post 01149

Battalion 877, Israel Defense Forces, Israel

Fax : +972 2 530 5724

Minister of Justice

Yaakov Neeman

29 Tsalch Adin Street

Jerusalem 91490

Telephone : +972 2 646-6666

Fax : +972 2 670-6357

E-mail : pniot@justice.gov.il

manifestation en Palestine en solidarité avec Khader Adnane


Communiqué AFP le 19-02-2012 sur romandie.com


Extraits de la lettre de Khader Adnan :

« J’ai été humilié, battu, harcelé par les interrogateurs et pour aucune raison, et j’ai donc juré devant Dieu que je lutterai contre la politique de détention administrative dont moi-même ainsi que des centaines de mes codétenus sommes les victimes. »

« Je, soussigné, affirme que je résiste aux occupants non pas pour mon propre intérêt en tant qu’individu, mais pour l’amour de milliers de prisonniers qui sont privés des plus élémentaires Droits de l’Homme, tandis que le monde et la communauté internationale restent passifs »,

Lu dans "Mourir de faim pour être libre" publié le 19/02/2012 par Ali Abunimah


Lu sur le site de la bbc

Les autorités pénitinentiaires israéliennes craignent que cette affaire ne suscite une vague de grèves de la faim de prisonniers palestiniens voire un mouvement de protestations dans les territoires occupés.

Vendredi plusieurs milliers de palestiniens ont manifesté en Cisjordanie, mais surtout à Gaza en soutien à Khader Adnane.

Cinq mille personnes ont défilé dans les rues de Gaza-ville.

Dans le cortège se mêlaient des drapeaux noirs du Jihad islamique, verts du Hamas et jaunes du Fatah.


Détenu sans inculpation, Khader Adnane, 34 ans, a été arrêté en décembre par l’armée israélienne près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, où il était porte-parole du Jihad islamique. Il est en grève de la faim depuis le 18 décembre.

Euronews :

Selon le Club des prisonniers palestiniens, il s’agit de la plus longue grève de la faim d’un détenu palestinien. M. Adnane affirme qu’Israël n’a aucune preuve contre lui et accuse ses interrogateurs de l’avoir maltraité. Des associations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International, Human Rights Watch (HRW) et l’Association pour les droits civiques en Israël (ACRI), ont dénoncé son sort, exhortant les autorités israéliennes à le juger ou à le relâcher.

L’ONU a appelé Israël à "faire tout ce qui est en son pouvoir pour préserver la santé" de Khader Adnane, déplorant plus généralement "le recours à la détention administrative, qui ne devrait être utilisée que dans des circonstances exceptionnelles, pour une période aussi courte que possible et sans préjudice aux droits garantis aux prisonniers".

JPEG - 61.3 ko
Solidarité avec Khaled Adnan à Lyon

Selon la loi israélienne, héritée du mandat britannique, un suspect peut être maintenu jusqu’à six mois sans inculpation en détention administrative, renouvelable indéfiniment.

Texte de la pétition internationale :

Nous vous écrivons pour protester contre votre inaction devant la situation de Mr. Adnan Khader, en grève de la faim depuis le 17 Décembre 2011. Mr. Khader proteste contre sa détention administrative par les autorités d’occupation israélienne. La détention d’Adnan est basée sur un ordre militaire secret dont ni lui, ni son avocat ne peut connaître la teneur. D’après cet ordre, il doit rester en prison pour six mois, période qui peut être renouvelée sans limitation. Sa détention continue, sans procès, ni charges. Selon les lois humanitaires internationales, c’est de la responsabilité de la Croix Rouge internationale d’intervenir pour sauver sa vie en exerçant des pressions sur le gouvernement Israélien pour qu’il le relâche. [traduction collectif69]

Logo pétitionSigner la pétition


Logo pétitionAdresser une lettre aux autorités israéliennes


Lire sur addameer (en anglais)


Beaucoup d’infos complémentaires sur Amnesty International

Lire sur Amnesty International


Manifesation de soutien à khader Adnan

Communiqué Ministère des Affaires étrangères sur Khader Adnan  : « Nous espérons que les autorités israéliennes prendront une mesure humanitaire en faveur de M. Khader Adnan, compte-tenu de la précarité de son état de santé. Nous suivons de près la situation de ce détenu palestinien et sommes en contact avec les autorités israéliennes à ce sujet. La France rappelle que la détention administrative doit rester une mesure d’exception, d’une durée limitée et dont la mise en œuvre assure le respect des garanties fondamentales, en particulier les droits de la défense du détenu ».

NB : Le collectif69 Palestine avait interpellé le Président Sarkosy.


- ll faut sauver le prisonnier Sheikh Khader Adnan, en grève de la faim depuis le 17 décembre : Texte de Amira Haas sur Haaretz (traduction info-palestine.net)

Mercredi 15 février

Des manifestations se déroulaient mercredi en Cisjordanie et à Gaza en solidarité avec Khodre Adnane emprisonné en Israël, en danger de mort après 60 jours de grève de la faim.

Khodre Adnane, 34 ans, a été autorisé à recevoir mercredi la visite de sa famille dans un hôpital de Safed, dans le nord d’Israël, où il est en détention administrative, a-t-on appris auprès de son épouse et de l’administration pénitentiaire. Détenu sans inculpation, il a été arrêté en décembre par l’armée israélienne près de Jénine dans le nord de la Cisjordanie occupée, où il était porte-parole du Jihad islamique. Il est en grève de la faim depuis le 18 décembre.

Des rassemblements de solidarité sont organisés devant la prison militaire israélienne d’Ofer en Cisjordanie et les sièges du Croissant-Rouge dans toutes les villes palestiniennes, ainsi que des grèves de la faim ponctuelles, selon le président de la commission pour la défense des prisonniers, Amine Chomane.

Près d’un millier de personnes, essentiellement des jeunes, se sont rassemblées devant la prison d’Ofer, près de Ramallah. Des heurts ont éclaté, les manifestants lançant des pierres et les forces israéliennes tirant des gaz lacrymogènes et des balles caoutchoutées, selon un photographe de l’AFP et des témoins. A Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, des centaines de personnes observaient un sit-in en présence de responsables, dont le ministre palestinien des Prisonniers, Issa Qaraqaë.

Les manifestants brandissaient des photos du détenu et des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "Non à la détention administrative arbitraire".

"Khodre Adnane est devenu un symbole national, arabe et international, de défense de la dignité des hommes libres dans le monde entier", a déclaré le ministre à l’AFP.

"Le monde doit forcer Israël à rendre leurs droits aux prisonniers palestiniens et à les traiter comme des prisonniers de guerre et non pas comme des criminels", a-t-il ajouté. Des rassemblements similaires se tenaient dans l’ensemble des territoires palestiniens, notamment à Gaza, où un appel à une grève de la faim en solidarité avec le détenu de 08H00 à 18H00 locales a été lancé.

L’avocat de Khodre Adnane, Jawad Boulos, a annoncé à l’AFP son intention de saisir la Cour suprême israélienne en raison de la dégradation de l’état de santé du détenu, dont la demande de remise en liberté a été rejetée lundi par un tribunal militaire. L’avocat, qui lui a rendu visite mardi, a affirmé que le détenu avait les mains et les pieds menottés à son lit d’hôpital dans des "conditions inhumaines".

L’association Médecins pour les droits de l’Homme-Israël (PHR-Israel) a souligné dans un communiqué que "ces derniers jours, M. Adnane avait été examiné par un médecin indépendant, un bénévole de PHR-Israel, qui a affirmé : ’L’heure tourne’".

"M. Adnane est toujours enchaîné à son lit d’hôpital, en violation de l’éthique médicale, des réglementations du ministère de la Santé et même de celles de l’administration pénitentiaire israélienne", selon le texte.

Selon la loi israélienne, héritée du mandat britannique, un suspect peut être maintenu jusqu’à six mois sans inculpation en détention administrative, renouvelable indéfiniment.

JPEG - 30.5 ko
A Lyon solidarité avec Khaled Adnan

Les organisations euro-méditerranéennes des droits de l’homme expriment leurs profonde préoccupation quant à l’incessante arrestation et détention d’intellectuels palestiniens par les autorités israéliennes.

L’organisation Euro-Med Observer a reporté que les autorités israéliennes ont procédé ces dernières années à de nombreuses arrestations d’intellectuels et universitaires palestiniens. Ces arrestations, fréquentes et sans chefs d’accusation légitimes, ont conduit, sous l’ordre du gouverneur militaire israélien, à la « détention administrative » des personnes arrêtées.

« Sur la base des informations collectées sur le terrain par les enquêteurs de l’Observatoire, il apparaît que les autorités israéliennes ont procédé à l’arrestation de 41 professeurs et maîtres de conférence palestiniens et mis la plupart en ’détention administrative’. » Parmi eux, des professeurs de l’université d’An-Najah à Naplouse – Mohammed Ghazal, professeur d’ingénierie civile, Youssef Abdel Haq et Omar Abdel Razek, professeurs d’économie – et de l’Université ouverte de Jérusalem, Adnan Abu Tbana et Nayef Abu Saud.

Le rapport souligne que l’année 2007 a connu la plus grande vague d’arrestations d’intellectuels palestiniens, avec 15 professeurs d’université placés en détention administrative par Israël. Au total, au cours des dix dernières années, Israël a mis en détention administrative 430 universitaires palestiniens.

L’organisation Euro-Med Observer a par ailleurs documenté de nombreux exemples de répression à l’encontre d’universitaires palestiniens, dont des tentatives de manipulation visant à les inciter à coopérer avec les services de renseignement israéliens en échange de leur libération et des menaces de déportation. Les autorités israéliennes ont même confisqué les travaux scientifiques des chercheurs palestiniens durant leur détention. C’est le cas du professeur Issam Al-Ashqar, dont les recherches dans le champ de la physique ont été détruites par l’administration pénitentiaire.

Melle Amany Al-Senwar, directrice régionale d’Euro-Med Observer, a déclaré que l’ONG soumettra ce problème à l’attention de la communauté internationale et des organisations de défense des droits de l’homme afin d’initier un mouvement de mobilisation contre ces pratiques. Elle a précisé que ces attaques délibérées contre les intellectuels palestiniens n’ont pas de fondements légaux, d’autant plus que les autorités israéliennes n’autorisent pas l’accès des détenus et de leurs avocats aux détails de leurs dossiers.

Al-Senwar a expliqué que le Comité contre la torture des Nations unies a condamné à plusieurs reprises la pratique par Israël de la détention administrative, qu’elle considère comme une forme de « punition collective » des Palestiniens dépourvue de légalité. Elle a ajouté que le droit international en matière de droits de l’homme, en particulier la quatrième Convention de Genève, stipule que toute personne privée de liberté doit être informée des faits qui lui sont reprochés et avoir la possibilité de se défendre.

Le rapport d’Euro-Med Observer se conclue par une condamnation de l’usage de la détention administrative à l’encontre des intellectuels palestiniens. L’ONG s’engage à travailler à la criminalisation de la politique de détention administrative à l’échelle mondiale. Les professeurs Yousef Abdul Haq et Khader Adnan, détenus par Israël, mènent depuis plus de cinquante jours une grève de la faim.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0