Accueil du site > Informations > Communiqués > Résolution parlementaire contre l’antisémitisme : Le Collectif 69 (...)

Résolution parlementaire contre l’antisémitisme : Le Collectif 69 Palestine s’adresse aux député.e.s du Rhône

vendredi 1er novembre 2019, Par Le Collectif 69

Madame la Députée / Monsieur le Député ,

En tant qu’association citoyen·ne soucieuse du respect des droits humains et en particulier de la liberté d’expression et de la lutte contre le racisme y compris l’antisémitisme, nous souhaitons vous alerter sur la proposition de f résolution n°1952 visant à lutter contre l’antisémitisme.

- En premier lieu, l’exposé des motifs présente l’antisionisme comme une forme d’antisémitisme. Cela relève d’un amalgame dangereux pour la liberté d’expression. En effet, l’antisémitisme, qui est la haine et le rejet des Juifs, est une forme de racisme et un délit qu’il faut condamner sans ambiguïté, alors que l’antisionisme est une opinion politique qui, dans la majorité des cas, consiste à s’opposer à la politique continue de colonisation et d’annexion illégales du Territoire palestinien par l’État d’Israël, à dénoncer le caractère discriminatoire envers les Palestiniens de sa législation, et non à l’existence de cet État.

Cet amalgame vise à faire taire les voix critiques des politiques de l’État d’Israël en instrumentalisant l’antisémitisme.

L’inquiétude vis-à-vis de l’accroissement des signalements d’actes antisémites est parfaitement légitime, mais il est tout à fait abusif, en l’absence d’étude sérieuse, de le relier à la question de l’« antisionisme ».

- En outre, la proposition de résolution “approuve sans réserve la définition opérationnelle de l’antisémitisme utilisée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste” (IHRA) et “invite le Gouvernement, dans un travail de pédagogie, à la diffuser auprès des services éducatifs, répressifs et judiciaires.” Comme de nombreuses associations et personnalités l’ont démontré, la définition et ses exemples associés constituent une atteinte à la liberté de critiquer les politiques israéliennes et sont issues de lobbies pro-israéliens qui cherchent à discréditer les défenseurs des droits des Palestiniens, En France, le lobby ELNET, proche d’organisations de colons israéliens, a travaillé à promouvoir l’adoption de la définition.

En 2005 déjà, alors que la définition n’était pas encore adoptée par l’IHRA, le professeur de droit international François Dubuisson analysait les exemples associés à la définition et leurs nombreux aspects problématiques pour la liberté d’expression dans son étude « La définition de l’antisémitisme par l’European Monitoring Centre on Racism and Xenophobia (EUMC) : vers une criminalisation de la critique de la politique d’Israël ? ».

Au nom du principe fondamental de liberté d’expression, je vous demande, Monsieur le Député / Madame la Députée, de ne pas voter en faveur de la proposition de résolution n°1952 dans sa version initiale présentée le 20 mai 2019, et de vous en désolidariser si vous l’avez signée.

- D’autre part, nous partageons f les propos du Président de la LDH (Ligue des droits de l"Homme) : "

Ce texte n’est pas que maladroit ou vide de contenu concret. Il porte une charge toxique. En effet, adopter une résolution propre à l’antisémitisme, même dépourvue de sens et d’effet normatif, tend à singulariser cette seule forme de racisme, entraînant inévitablement une interrogation des victimes d’autres manifestations de racisme. Pourquoi limiter l’expression de l’Assemblée nationale au seul antisémitisme ?

Dans le cas où la résolution serait remaniée, je vous demande de ne pas voter pour une résolution qui mentionnerait l’antisionisme comme une forme d’antisémitisme et/ou qui n’exclurait pas explicitement les exemples associés à la « définition IHRA ».

Nous vous proposons de nous rencontrer pour un échange de vive voix sur cette question .

en vous remerciant de l’attention que vous aurez portée à notre demande. Veuillez agréer, Madame la députée/Monsieur le député, nos sincères salutations.

Le Conseil d’administration du Collectif 69 de soutien au peuple palestinien

PLUS D’INFORMATION

- les député.e.s du Rhône suivant.e.s avaient soutenu la résolution de Sylvain Maillard dans sa version du 20 mai 2019 : Bruno Bonnel, Anne Brugnera, Thomas Rudigoz

-  Fiche IHRA : Définition IHRA amalgame et manipulation

- La demande du CRIF : Nous espérons que cette résolution et la définition de l’antisémitisme, déjà adoptée par la France au sein de l’IHRA (International Holaucaust Remembrance Alliance), sera bientôt reprise par le Parlement français. Cette résolution identifie notamment l’antisionisme à une nouvelle forme d’antisémitisme.

- Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, s’est efforcé de clarifier la position d’Emmanuel Macron sur une nouvelle définition de l’antisémitisme en précisant que la majorité allait « adopter une résolution » non contraignante reconnaissant « l’antisionisme comme une forme déguisée d’antisémitisme ». la Croix fev.2019

-  La position du gouvernement français sur la définition de l’IHRA

-  Rapport de Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme : La lutte contre le racisme l’antisémitisme et la xénophobie

-  10 raisons pour lesquelles l’anti-sionisme n’est pas l’antisémitisme et pourquoi les députés français doivent rejeter la résolution sur ce sujet

- Plateforme Palestine : Interpellez vos députés

—  39 ONG demandent aux députés français le retrait de la résolution Maillard

—  brochure les_dangers_de_la_proposition_de_resolution_maillard

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0