Accueil du site > Boycott > Procès pour Boycott > Procès d’Olivia Zemor au tribunal de Versailles : La solidarité était (...)

Le droit au boycottProcès d’Olivia Zemor au tribunal de Versailles : La solidarité était au rendez-vous

lundi 19 mars 2018, Par Le Collectif 69

Le procès a eu lieu le 19 mars, Le jugement sera rendu le 14 mai 2018

Plus d’une centaine de manifestants étaient présents ce lundi devant le tribunal de Versailles, malgré le froid. Les prises de paroles de militantes et militants de toute la France, de multiples associations, de Grande-Bretagne et de Belgique, se sont succédées pendant plusieurs heures !


COMMUNIQUE

Nous avons appris qu’Olivia Zemor, directrice de publication du site internet europalestine.com est convoquée devant le tribunal de Versailles le 19 mars 2018.

L’Union des communautés juives d’Ile de France accuserait le site de « provocation à la haine ou à la violence » et de « provocation à la discrimination nationale, raciale, religieuse », à cause d’ une vidéo datant de 2011 qui appelait Vanessa Paradis et Johnny Depp de ne pas se produire en Israël. Cette action s’inscrivait dans la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS). Une campagne internationale spécifique avait été lancée et l’organisation israélienne "Boycott from Within", partie prenante avait publié cette lettre. La campagne BDS-France avait également adressé une lettre à la chanteuse.

Rappelons que Vanessa Paradis, sensible aux arguments du Boycott culturel du pays de l’apartheid avait annulé son concert en Israël. De nombreux autres artistes l’ont précédée et suivie parmi lesquels on peut citer tout récemment la jeune chanteuse Lorde, mais aussi Cassandra Wilson, Annie Lenox, Lauryn Hill, Natacha Atlas, Aziza Brahim, Cat Power, Sinead O’Connor, Roger Waters, Elvis Costello, Brian Eno, Jason Moran, Richard Bona, Eddie Palmieri, Salif Keita, Jello Biafra,Massive Attack, U2, Gil Scott-Heron, John Berger, Alice Walker, Gillian Slovo, Naomi Klein, Susan Sarandon, Emma Thompson, Danny Glover, Peter Brook, Jean-Luc Godard, Mira N air, Ken Loach ou Mike Leigh.

Bien qu’ils perdent la plupart de ces procès, des groupes supporters inconditionnels de la politique d’Israël ont décidé de continuer à encombrer les tribunaux avec un seul but : insinuer que toute critique de l’État d’Israël serait de l’antisémitisme. Le but de cet acharnement juridique est toujours le même : faire taire toute critique à l’égard d’Israël.

Aujourd’hui le constat est accablant :

- Les Palestiniens subissent :

  • la colonisation galopante en Cisjordanie
  • l’épuration ethnique de Jérusalem
  • le blocus inhumain des 2 millions de Palestiniens de Gaza
  • la terrible répression du mouvement populaire palestinien et particulièrement des enfants
  • L’emprisonnement massif comme arme d’oppression et de domination
  • Les Palestiniens d’Israël subissent la discrimination
  • Les réfugiés de 1948 et de 1967 se voient privés du droit au retour dans leur Pays
  • etc, etc, etc ;

- Les résolutions de l’ONU sont piétinées par Israël, et notre gouvernement au lieu d’agir pour les faire respecter, reste inerte et se contente de paroles laissant agir ainsi le droit du plus fort.

Au contraire le mouvement BDS a prouvé son efficacité par

- l’interdiction, décrétée par le gouvernement israélien contre 20 associations, d’entrer en Palestine,

- la dépense de millions de dollars pour le discréditer et le combattre,

- et l’agitation dérisoire des supporters aveugles d’Israël en France.

Après la relaxe de Richard et BDS 57 en février, celle d’Olivia est indispensable et le gouvernement français doit changer d’attitude.

Devant l’inertie des États le boycott citoyen d’Israël est un droit (et un devoir) jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international et aux droits humains !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0